La situation au Burundi

Unknown-1Pendant que le Burundi traverse l’une de ses pires crises sécuritaires, les autorités primaires et secondaires du pays s’obstinent à vouloir nier l’évidence, comme cela a été le cas à Malte, à l’Assemblée paritaire ACP-UE.

Pourtant, sur les plans politique, social et culturel, le Burundi s’est détourné du droit chemin en 2015, lorsque, Pierre Nkurunziza ayant décidé de briguer un troisième mandat anticonstitutionnel, des assassinats et des vagues d’exil forcé se sont ensuivis.

Nous exigeons des engagements concrets de la part du Burundi, en l’occurrence sur la démocratie et les droits de l’homme. Sur ces points, nous sommes prêts à sanctionner encore plus sévèrement les responsables burundais. Naturellement, l’Union européenne doit rester ouverte à un dialogue avec le gouvernement burundais s’il se montre respectueux des principes sur lesquels nous avons insisté pour le bien de la population.

Favoriser les différentes missions d’observation internationales évoquées dans la résolution devient alors un impératif, car elles seules pourront certifier d’éventuelles avancées. Face au totalitarisme, nous devons rester intransigeants.

Résolution du Parlement européen du 6 juillet 2017 sur la situation au Burundi (2017/2756(RSP))

Lascia un commento